Avertir le modérateur

« Rue de Belleville (75020) | Page d'accueil | A quai sur le Canal Saint Martin »

jeudi, 17 janvier 2008

La femme au bus dormant

Il était une fois, dans une ville pas si lointaine, vivait une demoiselle qui se prénommait Moi.

Chaque jour, elle se levait dès l’aube et tandis que la nuit était encore bien épaisse, elle prenait le chemin du Royaume Société, contrée de bénéfices qui lui permettait de gagner dignement sa vie. Par un froid matin d’hiver, le réveil de la jeune femme se mit à sonner à une heure encore plus matinale que d’ordinaire : un dossier urgent grignotait tout son temps libre.

Epuisée par sa courte nuit de sommeil, Moi manquât à plusieurs reprises de s’endormir sous la douche. Sa conscience professionnelle l’aida pourtant à ne pas succomber à la tentation de la couette. Sans même prêter attention au choix de matière et de forme, elle parvint à enfiler une tenue confortable, qui ne lui demanderait aucun effort de maintien tout au long de la journée. Mieux valait risquer de ressembler à un sac, que de subir le courroux de Patron, le monarque tyrannique qui dirigeait le Royaume Société.

Tandis qu’elle descendait les escaliers escarpés qui la menaient jusqu’à son arrêt d’autobus, Moi pensait déjà au plaisir de retrouver son lit et les bras de son Man le soir venu. Bien qu’elle n’eût pas de forêt hantée à traverser, Moi croisait sur chaque trajet bon nombre de créatures étranges, échappées d’appartements divers et variés.

Ce matin-là, assis à sa droite, un spécimen d’une rareté absolue disparaissait sous une doudoune immense. Sans le sac à main et les ballerines, il eût été impossible de déterminer le sexe avec certitude. Mais les accessoires trahissaient la présence d’un individu femelle. Le seul son qui émanait d’elle était celui de ponctuels ronflements. Amusée, Moi hésitait entre laisser cette femme dans les bras de Morphée, ou la secouer en douceur afin qu’elle ne manque pas son arrêt… Elle décidât qu’il serait bien plus amusant de l’observer se réveiller en sursaut et réaliser qu’elle se trouvait à l’autre bout de la ligne. Pas très sympathique, mais tellement parisien

Soudain, les ronflements prirent une telle intensité, qu’ils finirent pas alerter le chauffeur du bus. Effrayé, il arrêtât l’engin et sortit de son habitacle. « Ben ça ronfle bien, pour une gonzesse ! C’est fou ce que ça ronfle ! ». Et il éclatât de rire avant de retourner à son volant.

Quant à Moi, elle jura de ne jamais être aussi ridicule, même si ça ne tue pas. Elle continua son trajet heureuse et rêvât (sans émettre un ronflement), qu’elle aurait beaucoup d’enfants !

Rendez-vous sur Hellocoton !

22:50 Écrit par Sheily Parisienne dans Pipelette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bus, ratp, transports en communs, ronflements, paris |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu