Avertir le modérateur

jeudi, 28 février 2008

Deluxe Bazar

Encore un lieu de perdition, dans les allées duquel je succombe à la tentation...
de799a4d7c19f84b2ded29b492e4ea76.jpg
5a0f83df20e224692e4e6f758f9b312e.jpg
05da4f23162083cb7e3e8d752dcdb6cb.jpg

 

19:35 Écrit par Sheily Parisienne dans Lèche-vitrine | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : luxe, marque, boutique, bhv, paris |

mercredi, 27 février 2008

Sachons chasser la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre

Passée maîtresse dans l’art d’inventer des divertissements stupides, je viens de mettre au point « Où est la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre ? ». Economique et créatif (baisse du pouvoir d’achat oblige), ce passe-temps est exclusivement réservé à celles et ceux qui affectionnent la futilité.

L’auteur de Où est Charlie ? m’a inspiré ce concept décalé. Mais bien évidemment, le faste me captive et je conçois les choses en grand. Dans la version made by Myself, pas de personnage en pull rayé rouge et blanc à chercher, mais un monument. Pas non plus de livre à feuilleter, mais une ville à observer.

Armée de mon fidèle appareil numérique fuchsia, je dégaine et je flashe chaque apparition inopinée du Sacré-Cœur. L’objectif ultime : réaliser un cliché des plus insolites, qui sera vendu chez Sotheby’s pour plusieurs millions de dollars.

Si je considère que le Sacré-Cœur est le monument le plus haut perché au-dessus du niveau de Paris, les occasions de le repérer entre deux immeubles se présentent fréquemment. En revanche, bénéficier d’une lumière parfaite, sans avoir les mains encombrées de sacs de shopping me semble plus ardu.

Pour l’instant, je fais cavalier seule, sans limite de temps. Mais si je constate que les touristes japonais ne sont pas mes seuls camarades de jeu, je dépose la marque et je demande une subvention à Bertrand Delaoë pour développer cette idée à grande échelle.

A défaut de devenir riche en vendant la photo, je me contenterai des royalties.

b06e53c52a6d2165c579c1430a672981.jpg
10bcc75cb5185afd6a424c63969e0aaf.jpg
3a57051dc5437d6cf3aed8985854caf8.jpg

22:55 Écrit par Sheily Parisienne dans Monuments | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : basilique du sacré-coeur de montmartre, où est charlie?, sotheby's, paris, photos |

mardi, 26 février 2008

Intermittente du wedding planning

Jadis, Claire et moi organisions ponctuellement des soirées wedding planner, au cours desquelles nous critiquions méthodiquement les préparatifs de mariage de parfaits inconnus, croisés au hasard d’un documentaire télé. Bien évidemment, nous ne manquions jamais de verser quelques larmes de bonheur, face à de si touchants témoignages d’amour. Mais nous avons toujours gardé la tête sur les épaules quand il s’agissait de mettre le doigt sur des failles d’intendance ou des fautes de goût. Je crois même me souvenir que nous avions envisagé un bref instant nous reconvertir dans ce business lucratif. Mais la route est longue du statut de juge derrière son petit écran, au poste de gérant de société.

Depuis ces temps bénis, Claire a célébré avec succès le plus beau jour de sa vie, tandis que j’attends toujours mon caillou… Afin de ne pas mourir de faim à force de vivre  d’espoir, j’ai trouvé le palliatif efficace le jour ou My Brother a demandé la main de la femme de sa vie. Mon enthousiasme a doublé lorsque la fiancée m’a proposé d’être son témoin. Il a atteint son paroxysme à l’instant où elle m’a officieusement nommée wedding planner. J’emploie le terme officieusement car ma mission se résume finalement à bien peu de choses : donner mon avis ! Et Dieu sait si je me sens à l’aise dans ce rôle !

Ainsi réquisitionnée de mon plein gré, j’ai fait le ménage dans mon emploi du temps, et je papillonne en compagnie de ma future belle-sœur, entre essayages de robes (« toutes trop belles, on repasse sous peu ») ; visites de salles (« atmosphère raffinée et chic, j’aime beaucoup ») ; passage éclair dans un salon nuptial (« trop commercial, on oublie ») ; sélection d’un photographe (« celui-ci ressent les gens, c’est bien »)… Bref, un tourbillon de détails à passer en revue. J’attends notamment avec impatience les dégustations de champagne : si je finis suffisamment de bouteilles, peut-être que le dicton se réalisera en ma faveur…

22:35 Écrit par Sheily Parisienne dans Pipelette | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : wedding planner, wedding planning, mariage, nuptial, noces, amour, fiançailles |

lundi, 25 février 2008

De battre mon cœur s’est arrêté

Cette phrase, si élégamment tournée, résume à la perfection ce que je ressens en écoutant certains morceaux, qui me transportent dans un état proche de la transfiguration. Oui, la musique me rend mystique, surtout quand c’est Chopin : tout mon être frissonne et je parviens à transcender la réalité… Mais la dernière fois que j’ai éprouvé cette sensation, je n’avais ni enclenché la fonction « repeat » de mon MP3, ni vécu une expérience tantrique intense (il paraît que cet art de l'extase amoureuse permet  de faire vibrer pas mal de parcelles du corps…). Loin de là. Je me promenais dans la ville, telle une insomniaque qui cherche à tuer le temps tandis que My Man dort encore. Comme à chaque tentative de donner un semblant d’organisation à mes errances matinales, j’avais pour objectif de repérer les alentours d’un quartier qui pourrait devenir le mien. Une activité des plus primordiales quand on ne compte pas déménager dans un avenir proche. Mais j’estime qu’on n’est jamais trop prévoyant. Ainsi, j’aurais anticipé le jour où l’occasion se présentera. Chemin faisant, je savais pertinemment que mes pas me menaient vers l’une des destinations privilégiées de l’est de la capitale. Un endroit qui me fait rêver depuis la première soirée de fête que j’ai passée dans une demeure de ce quartier périphérique. Un lieu que l’on appelle la Campagne à Paris. Rien à voir avec les vastes étendues de champs qui couvrent la France. Juste un coin de ville carrément atypique. Un de ces rares villages intra-muros, miraculé de l’urbanisation. Ce n’est certes pas grand-chose, mais quand on souhaite apercevoir un coin de verdure, sans prendre la voiture, quelques stations de métro suffisent pour que le chant des oiseaux succède aux bruits des autos. Et chaque fois, c’est la surprise : au détour d’un immeuble, de battre mon cœur s’arrête.

 

fa7002cea3d055fd928e536063f8c2f1.jpg
4c3ddbe205f1c5b85a54ad7155cff8fa.jpg
30ba43d02f6eb1af82e476e471b4688c.jpg
f7173c6398f76b9f00aa77f57bd149a9.jpg

23:15 Écrit par Sheily Parisienne dans Paris Villages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : village urbain, campagne, paris |

United Colors of Belleville

Belleville flirte avec le métissage à tous les coins de rues et  tous les coins de murs.
Au cœur de ce quartier, véritable
creuset culturel urbain,
cette fresque illustre combien il « faut de tout pour faire un monde ».
 
 
829201c412f174fbcc63f054da34a3ec.jpg
48bb5a42287f998c2052b136e35e4160.jpg

07:40 Écrit par Sheily Parisienne dans Art urbain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue de belleville, fresque murale, métissage, visages, creuset, cultural, urbain |

samedi, 23 février 2008

Rescapée des années 70

535ec1e171a86cb2d77158c3778b8697.jpg

12:20 Écrit par Sheily Parisienne dans Façades | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue pixérécourt 75020, société parisienne de télécommunication, paris |

vendredi, 22 février 2008

Tour Autour de la Tour Eiffel

323c54af051b178c5a415f2226fda3ed.jpg56e448d39b7c62f947ea4989f8dba373.jpg185bc8303abe60408a65e34a825f745e.jpgcae3b577b99f638f67bcacad5ab27527.jpg0a7aed7f923a15fc6a41547864c5f856.jpgada4518dbd769b21371e6ec026493f3f.jpg

18:40 Écrit par Sheily Parisienne dans Monuments | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tour eiffel, paris |

jeudi, 21 février 2008

Le Paris d’amour de Cédric Klapisch

Quand je me rends au cinéma le soir même de la sortie d’un film, j’éprouve toujours la sensation de passer pour une groupie. Car avant de voir ledit film, il faut surmonter plusieurs obstacles qui refroidiraient les fans les moins motivés. Il existe heureusement quelques règles de bases à respecter pour profiter de la joie sans cesse renouvelée d’assister à une « première » :


1. se présenter devant le cinéma une trentaine de minutes avant le début de la séance. Cette précaution permet, non seulement de ne pas se froisser un muscle des doigts à force de les croiser pour qu’il reste encore des places en arrivant devant le guichet ; mais elle garantie également le privilège d’entrer dans la salle parmi les premiers, et donc de choisir sa place.


2. acheter bouteilles d’eau, caramels, bonbons et chocolats avant d’arriver : on gagne de l’argent, et surtout, on dépasse ceux qui s’arrêtent chez le confiseur.


3. prévoir une tenue légère, car la chaleur humaine… ça chauffe.


4. enfin, réserver ce type d’expédition aux films que vous rêvez de voir avant tout le monde, ce qui, à priori, arrive rarement.


Cette fois, c’est bien évidemment pour Paris de Cédric Klapisch, que je me suis déplacée avec les foules. Nous partageons un même amour pour la capitale, donc je ne pouvais pas leur faire faux-bond ! Je suis sur un nuage depuis ce rendez-vous… Véritable album photo de Paris, ce film montre la ville sous toutes ces facettes. L’histoire de fond est certes émouvante (un jeune homme apprend qu’il a un problème au cœur qui pourrait lui coûter la vie ; son état lui donne un regard neuf et différent sur tous les gens qu'il croise). Mais on sent surtout l’âme de la ville. Une âme que je tente maladroitement de retranscrire à travers mes photos. Et puis la boulangère incarnée par Karin Viard est parfaite : elle donne tout son sens au slogan du journal Le Parisien « Le parisien, il vaut mieux l'avoir en journal qu’en voisin ».

15:20 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cédric klapisch, romain duris, film, cinéma, paris |

mardi, 19 février 2008

Qui osera « bisser » chez Moussa l’Africain ?

c09c7a31bcca48626d5d9249bede48ff.gif« Si tu dessines le diable sur les murs de ta maison, attends toi à ce qu’il entre ». J’ai découvert ce proverbe camerounais non pas grâce à Joseph Andjou (le journaliste qui présente i-Afrique, humoristiquement célèbre pour ses connaissances en matière de dictons africains), mais au dos de la carte de visite de Moussa l’Africain.

Rassurez-vous, Moussa n’est pas un des ces marabout charlatan qui distribue des prospectus à la sortie du métro Barbès Rochechouart, en promettant de mettre fin à tous mes problèmes, quelque soit la difficulté, de loin ou de près, inquiétant ou financier. Moussa tient un restaurant, bar, ambiance musicale, tout ce qu’il y a de plus réglo (peut-être pas si réglo, car je ne sais pas si le patron s’appelle réellement Moussa… à vérifier). Bref, chez Moussa, tu manges des alokos (bananes plantain) en entrée, du mafé (sauce à base de pâte d'arachide) ou du yassa (confit d'oignons macérés au citron vert), avec du riz ou du Attieke (semoule de manioc). Tu attends trois heures avant d’être servi (on appelle cela l’heure africaine), mais comme la nuit est longue, que j’ai une vie palpitante avec mille et une anecdotes à raconter, et qu’il y a du planteur à boire, l’attente est délicieuse. Et quand le repas arrive, j’ai l’impression de me retrouver à table chez Maman ou chez Tantie Mari-Thé. Un véritable régal ! Certes, je suis rassasiée en cinq bouchées, car il n’y a pas de portions pour anorexique chez Moussa. Rien que du 100% riche et généreusement servi. Donc généralement on ne « bis pas » (traduire : on ne se ressert pas) et on évite le dessert. Si la carte est typique, le cadre, en revanche, n’a rien du maquis de Cotonou ou d’Abidjan : c’est une véritable brasserie parisienne ornée de masques et autres sculptures. Bref, le parfait métissage dans la déco comme dans la clientèle. Juste une petite chose: si j’étais Moussa, j’aurais choisi des pagnes superbes pour les uniformes des serveurs… Mais bon, on ne peut pas demander à tout le monde d’être aussi tatillon sur la question du look.

Maman, je t’ai toujours conseillée d’ouvrir un restaurant. Mais avec Moussa dans la place, la concurrence est trop rude !

22:20 Écrit par Sheily Parisienne dans Restaurants/Bars | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alokos, attieke, mafé, moussa l'africain, planteur, restaurant, yassa |

vendredi, 15 février 2008

Montmartre, tu dors?

20d21cedce0f7b3e24d22320d20ee867.jpg

 

6ae402dcebff05f8ef03c0f223cc9298.jpg

21:55 Écrit par Sheily Parisienne dans Monuments | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : basilique du sacré coeur de montmartre, paris |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu