Avertir le modérateur

mercredi, 22 octobre 2008

Un décor de conte de fées

Comme je le racontais lundi, ni l’appel de la nourriture, ni les sirènes des boutiques de vêtements ne m’empêcheront de raconter Paris en images. Surtout quand je déambule dans des ruelles qui évoquent les princesses (qui portaient de belles robes) et les princes charmants (qui mangeaient copieusement).

Mon objectif s’attarde tout d’abord sur la rue Cloche Perce (75004).

Rue Cloche perce 2008-09-19 001.jpg

Rue Cloche perce 2008-09-19 002.jpg

Rue Cloche perce 2008-09-19 003.jpg

Rue cloche perce 2008-09-19 004.jpg

Cette voie s'étirant entre les rues François Miron et des Rois de Sicile, tire sans doute son nom d'une enseigne faite d'une cloche bleue (cloche perse). Elle portera le nom de rue Renaut le Fèvre en 1250. On lui donnera celui de rue Cloche Percée et rue de la Grosse Margot au XVIIIème siècle. (Source : insecula.com)

00:43 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Dédale de rues, Façades | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : marais, architecture, médiévale, 75004 |

mardi, 21 octobre 2008

Visite éclair au Collège des Bernardins

Le Collège des Bernardins a rouvert ses portes début septembre, après trois ans de fermeture pour rénovation. Edifice d’exception datant du 13ème siècle, il sert à présent d’espace consacré à l’art, aux débats et à la formation.

Fascinée par la splendeur des bâtiments dont la pierre restaurée brille sous le soleil, je m’engage dans une magnifique nef, qui fait désormais office de hall d’entrée. Là, un charmant pompier m’informe que je ne peux pousser la visite au-delà du rez-de-chaussée, car les étages supérieurs demeurent inaccessibles avant plusieurs semaines.

Déçue, je prends quand même quelques photos de l’extérieur (à retrouver ici, dans l’album Eglises et Monuments). Le rendu ne me satisfait pas, mais impossible de mieux faire : compte tenu de l’étroitesse de la rue de Poissy, je manque de perspective.

Collège des Bernardins 2008-08-30 000.jpg

Un chocolat chaud et une crêpe au Nutella suffisent à me remonter le moral, si bien que je reproduis ci-dessous un bout de l’historique du Collège, extrait du site officiel :

C’est à un moine d’origine anglaise, Etienne de Lexington, abbé de Clairvaux, que revient de créer en 1245 le Collège Saint-Bernard (bientôt désigné comme Collège des Bernardins), pour servir de lieu d’étude et de recherche au cœur de la pensée chrétienne. La construction au lieu-dit du Chardonnet, financée par l’appel à la charité chrétienne, commence en 1245, sur le modèle architectural des abbayes cisterciennes.

Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy 75005 Paris Métro Maubert Mutualié ou Cardinal Lemoine.

00:40 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Façades, Monuments | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : collège des bernardins, 75005, art, débats, formation |

jeudi, 16 octobre 2008

Là où l'hibiscus pousse, la pagode s'érige

Comment expliquer que mon hibiscus, plante tropicale par excellence, ne cesse de bourgeonner et de fleurir abondamment depuis un mois? Lui qui faisait grise mine à la belle saison, il retrouve sa vigueur à l'automne. Sans doute le second effet du doux air parisien.

Partant de ce constat, je ne vois rien de surprenant à tomber sur une pagode au détour d’une promenade.

« A l’angle des rues de Courcelles et Rembrandt, se dresse un spécimen d’architecture extrême-orientale, la Pagode de Loo. Elle apparaît plutôt insolite en ce lieu, avec sa façade rouge et ses auvents de tuiles vernissées à l’ombre des immeubles d’Haussmann. Son commanditaire est un antiquaire chinois, Ching Tsai Loo. En 1928, il choisit d’y abriter sa galerie d’art, qui existe toujours. Les salons, décorés de panneaux laqués, accueillent désormais des réceptions privées » (Côté Maison.fr)

Toutes mes photos de la Pagode de Loo se trouvent ici, dans l’album Architecture.

Pagode de Loo 2008-10-12 006.jpg

Je n’ai pas encore visité la galerie, mais j’ai bien noté toutes les coordonnées.

Galerie Loo et Cie (Pagode de Loo) 48, rue de Courcelles 75008 Paris Tél. : 01 45 62 53 15.

00:43 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Insolite, Monuments, Pipelette | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : hibiscus, fleurs, bourgeons, pagode, loo, chine, rue de courcelles |

dimanche, 12 octobre 2008

Métamorphose vs immutabilité

Mon passage dans le 15ème arrondissement, terre de mon enfance, revêt cette fois un caractère professionnel. Par conséquent, je n’ai pas l’occasion d’escalader comme une gamine les rochers du Parc Georges Brassens. Néanmoins, je m’éclipse quelques instants pour photographier les alentours de Charles Michel.

Le quartier, en pleine mutation, révèle un visage bien différent de celui que j’ai connu. Le fait le plus marquant concerne la reconstruction du Centre Commercial Beaugrenelle. Les immondes passerelles qui permettaient de passer d’un trottoir à l’autre sans mettre le nez dehors ont été détruites. Je m’en réjouis car elles gâchaient l’horizon. Désormais, leur absence procure une sensation d’espace autrefois inexistante : je respire là où jadis j’étouffais.

Malgré ces grands bouleversements, certaines constructions persistent invariablement, comme la Tour Eiffel aperçu ici (album Eglises et Monuments), ou les tours du Front de Seine, archivées (album Architecture).

10:53 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Monuments | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : photos, 75015, charles michel, tour eiffel, front de seine, tours, immeubles |

samedi, 27 septembre 2008

Gueule de lion

Quand le roi de la jungle se la joue bec verseur.

Rue de l'arbre sec Fontaine 2008-09-23 001.jpg
Rue de l'arbre sec Fontaine 2008-09-23 002.jpg

00:38 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fontaine, rue de l'arbre sec, 75001 |

vendredi, 26 septembre 2008

A la cour fontaine...

... m'en allant promener.

J'ai croisé une fontaine,

Que j'ai photographiée.

Il y a longtemps que je l'aime,

Jamais je l'avais flashée.

Rue du Louvre sur cour 2008-09-23 001.jpg
Rue du Louvre sur cour 2008-09-23 002.jpg

00:16 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : fontaine, rue du louvre, 75002 |

samedi, 20 septembre 2008

Une fontaine bien cachée...

Bien moins imposante que ses consoeurs parisienne, la jolie fontaine des Ursins se situe dans un petit jardin fermé, rue des Ursins (75004), sur l'ile de la Cité.

 

1883092088.jpg
933088936.jpg

 

 

 

00:48 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fontaine, rue des ursins, 75004 |

mardi, 16 septembre 2008

Paris en formes et en couleurs

Dans la foulée de mon voyage à Bruxelles, j’ai la ferme intention de placer cette semaine sous le signe de la culture, car je néglige mes neurones ces derniers temps. A trop fréquenter la salle de sport, je cours de risque de finir avec une tête bien vide sur un corps bien fait…

Prenant mes pieds et mon appareil photo, je choisis d’aller voir une exposition installée au Pavillon de l’Arsenal. Une première en 30 ans de vie parisienne, puisque jamais je n’ai foulé le seuil de cet endroit. J’ai d’ailleurs bien du mal à imaginer à quoi il ressemble, à cause de son nom à connotation guerrière.

Arrivée sur place, je découvre que non seulement le bâtiment n’a rien de belliqueux, mais qu’en en plus il abrite un haut lieu de renseignements parisiens : le Centre d’information, de documentation et d’exposition d’urbanisme et d’architecture de Paris. Je n’aurais pas pu l’inventer !

 

Pavillon de L'Arsenal 2008-09-07 001.jpg Pavillon de L'Arsenal 2008-09-07 002.jpg Pavillon de L'Arsenal 2008-09-07 003.jpg

La visite commence par une superbe exposition permanente : Paris, visite guidée, qui propose un voyage à travers la capitale au fil des siècles. On observe sur des gravures (puis des photos et des vidéos), les évolutions de la cité aux mille architectures. Les textes qui accompagnent les illustrations sont courts mais complets. Ainsi, on apprend sous forme d’annecdotes les origines historiques de certaines caractéristiques contemporaines du paysage urbain. Je rêve désormais de posséder une des superbes maquettes de la ville, histoire d’avoir Paris dans mon salon !

 

Paris visite guidée 2008-09-07 001.jpg Paris visite guidée 2008-09-07 004.jpg Paris visite guidée 2008-09-07 003.jpg

La première exposition temporaire, Architecture durable, rassemble une série d’interviews vidéos. Elle donne la parole aux architectes qui, au travers de projets en cours de fabrication en Ile-de-France, expriment leur démarche et leur manière de concevoir l’architecture face aux enjeux du développement. Là encore, les nombreuses maquettes d’immeubles m’ont séduites : j’adore tout ce qui est petit et mignon !

 

Architecture durable 2008-09-07 007.jpg Architecture durable 2008-09-07 008.jpg Architecture durable 2008-09-07 009.jpg

Enfin, la seconde exposition temporaire, intitulée Accords Chromatiques, retrace les histoires des architectures parisiennes en couleurs, de 1200 à 2010. Cathédrales peintes, Beaubourg, immeubles Art Déco (mes préférés), La Villette… attestent que Paris ne s’est pas faite en noir et blanc. Là, je me suis amusée à prendre les fiches descriptives (et en couleur) de chacun de ces bâtiments (une cinquantaine), en me promettant de tous les photographier…

 

Accords chromatiques 2008-09-07 001.jpg Accords chromatiques 2008-09-07 002.jpg Accords chromatiques 2008-09-07 003.jpg

 

Pavillon de l’Arsenal

Architecture et urbanisme

21, boulevard Morland 75004 Paris

Métro Sully-Morland ou Bastilles (lignes 1-5-7-8)

Autobus 87,86,67 Entrée libre

00:10 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : exposition, architecture, durable, visité guidée, couleur, pavillon de l'arsenal, urbanisme |

lundi, 15 septembre 2008

Une parisienne à Bruxelles

Avouer que je fais le voyage jusqu’à Bruxelles dans le simple but de courir les magasins relèverait de la confession intime. Je m’en tiens donc à la version officielle : je dois impérativement voir l’exposition It’s not only Rock’n’Roll baby !

Expo Bruxelles.jpgUn jour avant la clôture, je me présente au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles pour découvrir les réalisations d’artistes reconnus dans le domaine de la musique, et qui possèdent également des talents en arts décoratifs (certains ont souvent été plasticiens avant de devenir musiciens). Agréablement surprise par le travail de Miss Kittin, Pete Doherty, Patti Smith ou encore Nick Zinner, je n’accroche pas du tout avec les œuvres de Chicks on Speed (un collectif de femmes qui jouent les acrobates nues comme des vers) ou de Kembra Pfahler (corps et visage peint en bleu, elle s’offre à l’objectif les cuisses largement ouvertes). Je regrette en outre d’avoir manqué les créations de Yoko Ono, retirées la veille de mon arrivée.

Soucieuse de faire honneur aux spécialités locales, je goûte à tout ce qui fait la réputation de la gastronomie belge : moules-frites, blanche de Bruges, gaufres et chocolats. Entre Léonidas, Côte D’or, Galler… je décerne la fève de cacao d’or à Godiva.

 

Malgré les restrictions d’accès, la Cathédrale des Saints Michel et Gudule a reçue toute mon attention.

2008-09-13 Bruxelles Cathédrale 002.jpg 2008-09-13 Bruxelles Cathédrale 003.jpg 2008-09-13 Bruxelles Cathédrale 004.jpg
2008-09-13 Bruxelles Cathédrale 006.jpg 2008-09-13 Bruxelles Cathédrale 008.jpg 2008-09-13 Bruxelles Cathédrale 010.jpg

Sur la Grande Place, la minutie des façades évoque de la dentelle, mais l’ensemble me paraît trop chargé.

2008-09-13 Bruxelles Grand Place 001.jpg 2008-09-13 Bruxelles Grand Place 002.jpg 2008-09-13 Bruxelles Grand Place 004.jpg

Peu de remarques dans la catégorie chiffons, car on croise les même enseignes dans toute l’Europe, voire même des magasins qui se croient à Paris.

2008-09-13 Bruxelles enseignes 001.jpg

Cela ne m’empêche pas de craquer pour un top et une jupe chez H&M, ainsi qu’une veste en cuir dans une boutique vintage.

Cependant, le nec plus ultra reste de se rendre chez COS (Collection of Style), le magasin du moment. Conçu par H&M, le concept du magasin se résume à proposer des vêtements haut de gamme à des prix raisonables. La collection, très classique, permet s’équiper en basics (comme la petite robe noire avec laquelle je suis repartie). Ajoutez à cela un personnel aux petits soins, des salons d’essayage avec une moquette épaisse et surtout, des cabines réellement spacieuses : on peut caser tous ses sacs de courses, des piles de vêtements à essayer et il reste encore de la place pour défiler.

Au passage en caisse, j’apprends une excellente nouvelle : l’ouverture d’un magasin à Paris, rue des Rosiers, en octobre ou novembre prochain. Quel soulagement de penser qu’en économisant le prix du billet de Thalys, je m’offrirai un accessoire supplémentaire…

2008-09-13 Bruxelles Manneken Pis 004.jpg

 

 

00:45 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Monuments, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : voyage, bruxelles, exposition, it's not rock'n'roll baby, beaux-arts, cathédrale, cos |

vendredi, 12 septembre 2008

L’Île Saint-Louis (75004)

Aujourd'hui je déambule du côté de l'Ile Saint Louis.

Impossible de passer à côté de l'aspect historique des lieux, car l'impression qui domine, c'est d'évoluer dans un autre siècle. Je tente de faire abstraction des touristes et je m'imagine au Moyen Age, au coeur du 21ème siècle. Un voyage dans le temps délirant et sans stupéfiants!

Avant 1614, la future île Saint-Louis se composait de deux îlots : l’île aux Vaches et l’île Notre-Dame, pour l’essentiel terres de pâturages. L’arrivée d’Henri IV au pouvoir marque le début des projets d’urbanisation. Mais c’est Louis XIII qui, en 1614, confia à l’entrepreneur général des Ponts, Christophe Marie, le soin de réunir les deux îles et de construire un pont qui les relierait à la rive droite.

De 1614 à 1650, l’île se vit sertie de quais maçonnés, servant à régulariser le contour et à assurer l’horizontalité du terrain contenu. Signe d’une opération d’urbanisme calculé, les rues furent tracées selon un plan régulier, avec des intersections à angle droit. C’est à l’architecte Louis Le Vau que l’île Saint-Louis doit ses œuvres les plus majestueuses. Il s’y installe avec sa famille à la fin des années 1630 et entreprend outre la réalisation de nombreux chantiers privés, la construction en 1644 de l’église Saint-Louis-en-l’île. En 1664, le lotissement de l’île est pratiquement achevé. Elle héberge deux types de population : des artisans et des marchands souvent fortunés qui s’établissent le long de ses rues intérieures et des personnages de rang plus élevés, nobles ou grands bourgeois, qui préférèrent les quais pour l’édification de leurs hôtels particuliers d’où la vue s’étend sur la Seine et la Ville.

Un siècle après, l’île, à l’instar du Marais voisin, a perdu les faveurs de l’élite et mène une vie quasi-provinciale. Quelques meurtrissures lui sont infligées au XIXe siècle avec en 1874 la construction du pont Sully qui entraîne la démolition du splendide hôtel de Bretonvilliers. Après la seconde Guerre Mondiale, l’image de l’île s’est progressivement reconstituée avec l’arrivée de peintres, d’acteurs, de chanteurs, d’hommes politiques et d’amoureux fortunés du vieux Paris. Si son patrimoine exceptionnel ne souffre plus de destructions aussi spectaculaires que par le passé, des dénaturations affectant surtout les intérieurs, continuent par endroit de l’affecter et justifient une vigilance renforcée. (Source: Paris.fr)

Mes coups de coeur en photos dans l'album Architecture, ici.

00:26 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Dédale de rues | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : île saint louis, façades, architecture |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu