Avertir le modérateur

vendredi, 07 août 2009

Cinéma Paris : 3 jours-3 euros

Avis à tous ceux qui, comme moi, ne possèdent pas de carte de cinéma illimitée.

Du dimanche 16 au 18 août 2009, la Mairie de Paris, en collaboration avec la Fédération Nationale des Cinémas Français, renouvelle l’opération 3 jours 3 € en août, pour clore l’été et relancer la fréquentation cinématographique de la rentrée.

Les 376 salles de la capitale seront accessibles au tarif de 3 € par séance, à toutes les séances.

Le prix, les films de l’été, la pluie, trop de soleil, la curiosité, les vacances... toutes les raisons sont bonnes pour passer un bon moment dans les salles obscures de la capitale !

 

10:06 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cinéma, films, paris, 3 euros |

vendredi, 24 juillet 2009

9ème édition du festival Cinéma au Clair de Lune à Paris

Cinema-au-clair-de-lune_programme.jpgLa 9e édition de Cinéma au clair de lune s’autorise, comme elle change chaque soir de quartier, à passer, de film en film, d’une époque à une autre, conjuguant ainsi, sous le ciel étoilé, déplacements géographiques et projections dans le temps.

Pour le détail des séances, voir sur le site du Forum des Images.

Projections gratuites dans les quartiers de Paris du mercredi 5 au dimanche 23 août. Aucune réservation n’est possible. En cas de pluie, les projections peuvent être annulées.

Quelques recommandations…

- n’oubliez pas une petite laine contre la fraîcheur des nuits d’été.

- merci de respecter le règlement des Parcs et Jardins de Paris.

00:46 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : festival, film, cinéma, paris, clair de lune |

mardi, 27 janvier 2009

Allons tous voir Lino!

Bon, je n'ai pas encore vu Lino (le film sort demain), mais ma copine Aurélie joue dedans (et puis on voit un peu Paris)...

Alors pour aider à faire grimper le film au box office, je fais passer le message. Merci pour elle (et pour moi, comme ça, je pourrai me vanter de connaître une star de cinéma)!

 

Plus d'infos sur ce film

Synopsis: "J'ai 2 ans et je ne parle pas. Mais je sais dire papa. Je sais plein d'autres choses aussi. La seule chose que je ne sais pas, c'est pourquoi mon papa boxe tout seul dans la salle de bains. Pourquoi il joue avec un revolver. Et surtout pourquoi il ne veut plus que je l'appelle papa. Ah, au fait, je m'appelle Lino. Oui, comme Lino Ventura".

00:00 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : film, cinéma, lino, lean-louis milesi |

lundi, 26 janvier 2009

Burn after reading : du loufoque et de la star

Déjà plusieurs jours que j'ai vu Burn after reading, mais je ne savais par quel bout en parler tant il s'agit d'un film loufoque à l'état pur!

Au départ, je partais peu convaincue par la bande-annonce projetée lors d'une précédente séance de cinéma. Puis, entre les fous, les névrosés, les pseudos espions, les vrais manipulateurs et autres esquintés de la vie et de l'amour, j'ai ri du début à la fin.

Et une fois n'est pas coutume, je connaissais les noms de TOUS les acteurs, ce laisse supposer un casting de rêve : généralement, je suis à peine capable de citer le nom de l'acteur principal...

 

Plus d'infos sur ce film

 

Synopsis : Osborne Cox, analyste à la CIA, est convoqué à une réunion ultrasecrète au quartier général de l'Agence à Arlington, en Virginie. Malheureusement pour lui, il découvre rapidement l'objectif de cette réunion : il est renvoyé. Cox ne prend pas très bien la nouvelle. Il rentre chez lui à Georgetown pour écrire ses mémoires et noyer ses ennuis dans l'alcool. Sa femme, Katie, est consternée, mais pas vraiment surprise. Elle a une liaison avec Harry Pfarrer, un marshal fédéral marié pour qui elle décide alors de quitter Cox.

Quelque part dans une banlieue de Washington, à des années-lumière de là, Linda Litzke, employée au club de remise en forme Hardbodies Fitness, a du mal à se concentrer sur son travail. La seule chose qui l'intéresse, c'est l'opération de chirurgie esthétique d'ampleur qu'elle désire subir. Elle compte sur son collègue, Chad Feldheimer, pour faire son boulot à sa place. Linda est à peine consciente que le directeur de la salle de sport, Ted Treffon, est fou d'elle, même si elle rencontre d'autres hommes via Internet.

Lorsqu'un CD contenant des informations destinées au livre de Cox tombe accidentellement entre les mains de Linda et Chad, tous deux décident de tirer parti de cette aubaine. Alors que Ted se fait du souci, persuadé que "rien de bon ne sortira de tout ça", les événements se précipitent et échappent bientôt à tout contrôle, occasionnant une série de rencontres aussi dangereuses qu'hilarantes...

00:10 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : film, cinéma, burn after reading, coen |

jeudi, 22 janvier 2009

Festival du film romantique à Paris

Un peu d'amour dans une ville de brutes... Pour la première fois, un Festival du film romantique à Paris se tiendra du 11 au 17 février dans quatre salles de cinéma Art et Essai.

Le Balzac (Champs-Elysées, 8e), Le Nouveau Latina (Marais, 4e), le Reflet Médicis (Quartier Latin, 5e)et le Studio 28 (Montmartre, 18e) mettront à l’affiche une sélection de 13 films qui vont des grands classiques tels que Jules et Jim, Un homme et une femme ou encore Le dernier métro, à des comédies plus récentes comme Two days in Paris. Les cinéphiles français comme étrangers pourront profiter de cette programmation sous-titrée en français ou anglais selon la VO.

Dès le 2 février, retrouvez toutes les informations concernant l’opération dans le dépliant « Paris romantique » qui sera diffusé dans les bureaux de l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris, les mairies d’arrondissement et les salles de cinéma participantes ; et sur www.parisinfo.com.

 

00:56 Écrit par Sheily Parisienne dans Breaking news, Films, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : festiva, film, romantique, paris, amour, couple |

mercredi, 15 octobre 2008

Confidences Woodyhoodiennes

18982308.jpgEntre autres principes ridicules qui régissent mon existence, j’entretiens cette habitude (déplacée ?) d’assumer tous mes faits et gestes. Car rappelons-le : le ridicule ne tue pas. Ainsi, en ce 14ème jour de l’an de grâce 2008, je révèle sans honte que Vicky Cristina Barcelona est le premier film de Woody Allen que je vois.

Incapable de justifier une telle lacune, je ne compte pas philosopher sur des faits qui appartiennent désormais au passé. Je préfère évoquer le souvenir ému que je garde de ma première fois avec Woody. Il a su me faire rire avec un ton désopilant, me surprendre par des situations et des dialogues décalés, me séduire à travers des plans chargés d’érotisme. Que souhaiter de plus pour une première fois ?

Vicky Cristina Barcelona ne pouvait se dérouler qu’à Barcelone, une des rares villes à pourvoir allier sensualité estivale et foisonnement culturel. Vicky (cartésienne dans la vie et en amour) et sa meilleure amie Cristina (femme d'instincts qui recherche de nouvelles expériences sexuelles et passionnelles) passent l’été à Barcelone. Un soir, lors d’un vernissage, elles rencontrent le peintre Juan Antonio, bel homme à l’existence houleuse. Celui-ci leur fait une proposition indécente : s'envoler avec lui pour Oviedo, consacrer le week-end à explorer les beautés de la ville, à boire du bon vin et à faire l'amour.

00:01 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : cinéma, film, vicky cristina barcelona, woody allen, scarlett johansson, rebecca hall, javier bardem |

mardi, 30 septembre 2008

A very British Gangster ou la vraie vie d’un mafieux britannique

J’ignore à quand remonte la dernière fois que j’ai vu un film aussi troublant, en ce sens qu’en regardant le DVD de A very British gangster, j’en viens à trouver fascinant un personnage qui pourtant incarne le mal.

"Dominic Noonan, 37 ans, dont 22 en prison, est à la tête du clan le plus puissant de Manchester. Il règne en maître sur les gangs de la ville, a sa part dans tous les vols, les rackets, les trafics. Il est aussi pour les habitants du quartier un protecteur, un juge et un justicier. Pour la première fois, un parrain a accepté de se confier à un cinéaste. Dominic a ainsi intégré Donal MacIntyre (le réalisateur) au sein de son gang pendant trois ans. A very British Gangster nous fait découvrir un monde où la violence et la pauvreté dominent, et où l'on ne fait plus appel à la police pour régler ses comptes. Drogue, kidnapping, torture, meurtre : vous aviez déjà vu tout ça au cinéma. Mais cette fois c'est vrai". (Allociné.fr)

Et ce film donne froid dans le dos tandis qu’il nous entraîne au cœur de la misère humaine. Une misère européenne, dont les victimes ne souffrent pas de faim, mais de surendettement, d’alcoolisme, d’abus de drogue, de pédophilie… Une misère qui condamne certaines couches de la population à respecter les criminels bien plus que les forces de l’ordre.

Des images superbes et une bande originale bien rythmée renforcent le caractère dynamique du récit. Mes séquences préférées (et selon moi les plus touchantes) demeurent celles où Donal MacIntyre a filmé les enfants. Chez le coiffeur, au foot ou à la pêche, le réalisateur a choisit de transformer ce passage en interludes visuels et musicaux. Pas de commentaire, ni de dialogue. Juste des regards d’enfants et de la musique pour ponctuer la narration. Ces scènes sont belles et terrifiantes à la fois, car si on peut lire l’innocence, on imagine difficilement comment ces petits pourraient changer un destin qui semble tout tracé. D’autant que certains ont déjà un regard dur.

00:30 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : film, dvd, a very british gangster, donal macintyre, dominic noonan, mafieu, manchester |

lundi, 25 août 2008

The Dark Knight, Le Chevalier noir

330787226.jpgDans la catégorie « lutte acharnée du bien contre le mal », The Dark Knight, Le Chevalier noir se classe en haut en tête de ma liste de favoris.

Deux mots résument l’ensemble : trop bien. Je ne trouve rien de mieux pour décrire l’action et le suspens qui caractérisent ce scénario à rebondissements. Quant à l’image… d’une qualité aussi spectaculaire que les cascades.

A voir même quand on n’a vu aucun des précédents films de Batman, comme moi !

00:48 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : the dark knight, le chevalier noir, batman, film, christopher nolan, christian bale, heath ledger |

mercredi, 20 août 2008

Cinéma à 3€ : Le Premier jour du reste de ta vie

1248111480.jpgJe trouve que l'expression "portrait de famille" est synonyme de "comédie dramatique". Denier exemple en date, le film de Rémi Bezançon

Le premier jour du reste de ta vie s'intérese à cinq moments clés de la vie de chacun des 5 membres d'une famille ordinaire, unie pour le meilleur et pas toujours pour le pire.

On s'attache aux personnages car ils nous ressemblent. Lorsqu'on n'a pas vécu personnellement les situations décrites, elles sont déjà arrivées près de chez nous. Alors on se laisse emporter par la narration et par la musique, personnage à part entière du film. L'envie de danser démange et les morceaux choisis sont autant de madeleine de Proust.

Les allers-retour entre passé et présent nous plonge dans le pathos sans une once de miévrerie.

A voir sans modération.

En bonus, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller chercher les paroles de la chanson d'Etienne Daho qui donne sont titre au film.

Le premier jour (du reste de ta vie)

Un matin comme tous les autres

Un nouveau pari

Rechercher un peu de magie

Dans cette inertie morose

Clopin clopan sous la pluie

Jouer le rôle de sa vie

Puis un soir le rideau tombe

C'est pareil pour tout l'monde

Rester debout mais à quel prix

Sacrifier son instinct et ses envies

Les plus essentielles

Mais tout peut changer aujourd'hui

Et le premier jour du reste de ta vie

Plus confidentiel

Pourquoi vouloir toujours plus beau

Plus loin plus haut

Et vouloir décrocher la lune

Quand on a les étoiles

Quand les certitudes s'effondrent

En quelques secondes

Sache que du berceau à la tombe

C'est dur pour tout l'monde

Rester debout mais à quel prix

Sacrifier son instinct et ses envies

Les plus confidentielles

Mais tout peut changer aujourd'hui

Et le premier jour du reste de ta vie

C'est providentiel

Debout peu importe le prix

Suivre son instinct et ses envies

Les plus essentielles

Tu peux exploser aujourd'hui

Et le premier jour du reste de ta vie

Non accidentel

Oui tout peut changer aujourd'hui

Et le premier jour du reste de ta vie

Plus confidentiel

00:29 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cinéma, 3€, le premier jour du reste de ta vie, rémi bezançon, avec jacques gamblin, zabou breitman, déborah françois |

mardi, 19 août 2008

Cinéma à 3€ : La Cité des Hommes

19658314.jpgJ'ai adoré la Cité de Dieu.

J'ai vu les 4 saisons de la série TV La Cité des Hommes.

Et malgré tant d'engouement, la version long-métrage de La Cité des Hommes m'a convaincue. Ma déception est à son comble. Je suis :

  • chagrinée que Laranjinha et Acerola semblent moins attachants que dans la série.
  • contrariée que la bande-son du film ne soit pas à la hauteur de celle de la série.
  • dépitée qu'il y ait autant de violence gratuite (très présente dans La Cité de Dieu, mais beaucoup ans la série).

Sans doute un téléspectateur n'ayant pas autant d'attente saura--t-il apprécier le film plus justement.

00:28 Écrit par Sheily Parisienne dans Films | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cinéma, 3€, la cité des hommes, paulo morelli, douglas silva, darlan cunha, brésil |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu