Avertir le modérateur

lundi, 02 novembre 2009

Paris pour les amoureux, Paris for lovers

Paris pour les amoureux.jpgParis est l'une des villes les plus romantiques du monde, c'est bien connu. Ceux qui ne l'ont pas compris ou qui ne sauraient pas profiter eux-mêmes des charmes de la ville trouveront leur salut dans le nouveau livre d'Agnès Taravella, journaliste et jeune mariée, Paris pour les amoureux. Ecrit avec une plume empreinte de poésie, le livre est un véritable guide dans lequel l'auteur révèle au fil des pages le romantisme de lieux dans lesquels on passe parfois sans s'arrêter. Ainsi, justice est rendue au jardin du Luxembourg, dans lequel on admirera désormais « le tendre enlacement des corps de pierre d'Acis et Galatée, tout en profitant de la fraîcheur de la fontaine ». L'auteur explique aussi le rite amoureux lié au pont des Arts, qui consiste à graver deux prénoms sur un cadenas qu'il faut ensuite fermer et jeter à la Seine.

Le guide, écrit en français et en anglais, conviendra autant aux touristes qu'aux Parisiens qui redécouvriront leur ville. Ses ambiances, surtout, comme celle du jardin Saint-Gilles-Grand-Veneur, un havre de paix caché en plein quartier du Marais. Le guide liste aussi des bonnes adresses, des activités et des restaurants pour terminer la balade en beauté. Et pour les grands timides, l'auteur a tout prévu : elle indique le meilleur moment pour s'embrasser dans chaque lieu.

Source: 20Minutes. Auteur : Anthony Nataf

Je n'ai pas encore lu cet ouvrage, mais il ne devrait pas tarder à rejoindre les rayons de ma bibliothèque...

 

Plus de livres sur Paris Secret nouvelle version !

00:39 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : paris, amoureux, lovers, livre |

vendredi, 09 octobre 2009

Les bikers de sons of anarchy dans les rues parisiennes !

J'en parlais lundi sans les avoir vus : les bikers de la série Sons of anarchy étaient dans les rues parisiennes.

La série est à retrouver à partir du vendredi 9 octobre (ce soir) à 23h10 sur M6.

 

 

07:49 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bikers, sons of anarchy, série, promotion, m6, paris |

mardi, 28 juillet 2009

Paris s'éveille En images et en chansons

Paris s'éveille.jpgOn vient de m'offrir le livre-disque Paris s'éveille, de Jean-Yves Ruszniewski (GEO, Prisma presse).

Je tourne chaque page avec un plaisir sans fin, pour découvrir avec excitation de nouvelles photos de Paris au réveil.

Présentation : "Il est un moment magique sur Paris, celui où les rayons du soleil se lèvent à peine sur une capitale qui se met en mouvement, se réveille. A l'aube, Jean-Yves Ruszniewski est parti à la rencontre des lève-tôt et a su capter les ambiances, les nuances d'un Paris qui s'anime en douceur. Ambiance métro, ambiance café, ambiance marché... C'est tout cet univers que l'on découvre au fil des pages. Un autre regard, un autre Paris !

Avec ces photos accompagnées de textes de chansons ou de poèmes d'auteurs français, laissez-vous emporter par la poésie de ce Paris matinal. Poésie également présente dans les chansons du CD, de Joséphine Baker à Keren Ann".

A défaut de montrer le livre, je propose de faire découvrir certaines chansons au fil de la semaine.

00:32 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres, Musique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : livre, paris s'éveille, musique, photos, geo, prisma presse |

vendredi, 19 juin 2009

Space Invader rue du Louvre (75002)

Ce specimen gigantesque est le numéro 800 à avoir envahi la capitale parisienne.

Space Invader 800 - Rue du Louvre 2009-06-02 001.jpg
 
Space Invader 800 - Rue du Louvre 2009-06-02 002.jpg
 
J'en profite pour faire une spéciale dédicace à mon homme, qui m'a offert LE livre indispensable à toute invasion en règle : L'Invasion de Paris/ Le Livre. Ainsi équipée, il ne me reste plus qu'à partir à la recherche des Space Invaders perdus.
 
L'invasion de Paris 1.jpg
L'invasion de Paris 2.jpg

00:48 Écrit par Sheily Parisienne dans Art urbain, Livres | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : space invader, rue du louvre, 75002, livre, l'invasion de paris |

lundi, 06 avril 2009

Percez les mystères de Paris

A mon grand désespoir, je ne connais pas tous les secrets de Paris. Mais je me fais un plaisir de découvrir les plus cachés, notamment grâce à certains ouvrages spécialisés.

Le dernier en date, Les dossiers de la préfecture de police, propose de découvrir un Paris insoupçonné aux côtés des enquêteurs de la préfecture de police. On apprend par exemple que l’Opéra de Paris cache un lac souterrain; qu’un crocodile se prélassait dans les égouts ; ou encore qu’il existe une salle de cinéma secrète sous le Palais de Chaillot.

Les Nouveaux Mystères de Paris, La Documentation Française. Prix : 9,50 €.

 

11:48 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : mystères, paris, secrets |

vendredi, 27 février 2009

Sexe, diamants et plus si affinités…

sexe diamants et plus si affinités.jpgContrairement aux deux précédents romans de Lauren Weisberger (Le Diable s’habille en Prada et People or not people), je n’ai pas trop aimé Sexe, diamants et plus si affinités…

«Emmy, Leigh et Adriana sont amies depuis six ans. Belles, sexy, dans le vent, elles connaissent par cœur tous les endroits tendance de Manhattan. Pourtant, lors d'une soirée un peu trop arrosée, elles font un pacte qui va bouleverser leur existence : chacune des trois doit changer radicalement de comportement surtout à l'égard du sexe fort».

Certes, le personnage d’Adriana (bomba latina, richissime et croqueuse d’hommes), a bien failli me convaincre de l’intérêt de quitter Paris pour Manhattan. Mais ce n’est pas assez pour me faire adorer le livre.

En fait, l’ambiance superficielle et impitoyable qui régnait dans les autres romans m’a manquée. Fini l’immersion totale dans des univers glamours mais cruels tels que la mode (Le Diable s’habille en Prada) ou les relations presse (People or not people). Sexe, diamants et plus si affinités… s’attache plus aux personnages qu’à leur environnement professionnel.

En effet, quand l’auteure évoque le monde de l’édition ou la presse magazine, elle fait l’impasse sur les coulisses et autres histoires croustillantes. Alors que c’est précisément le judicieux mélange entre les destins de ses héroïnes et les secrets de stars qui me plaisait dans les deux autres livres.

Et puis cet air de Sex and the City me donne envie de dire : « Peut mieux faire ».

mercredi, 26 novembre 2008

Histoire de l’architecture, un Essentiel de National Geographic

Essentiels ARCHITECTURE.JPGOutre les séries TV à propos de parisienne trentenaire et superficielle, il m’arrive ponctuellement d’user de la télévision comme moyen de me cultiver. En ces rares occasions, je montre un vif intérêt pour les documentaires, avec une préférence prononcée pour ceux de la BBC (sans doute mon côté british qui resurgit).

L’inconvénient des documentaires (aussi fabuleux soient-ils), c’est qu’il est impossible de les glisser dans son sac à main, afin les consulter au moment opportun. Ce problème appartient désormais au passé, car je viens d’acquérir Histoire de l’architecture, un livre petit mais costaud de la collection Les Essentiels de National Geographic.

Conçut par des professionnels dont la réputation n’est plus à faire (tant en matière de documentaires que de beaux livres), cet ouvrage condense toute l’histoire des constructions humaines depuis les premiers abris préhistoriques, jusqu’aux bâtiments les plus étonnants du 21ème siècle. Outre de superbes photos, on trouve mille et une infos : bios des architectes, présentations des édifices célèbres, zoom sur les principaux styles architecturaux.

J’avoue que le recueil est légèrement plus lourd qu’une édition de poche des Fleurs du mal. Mais comme dirait mon prof de body pump quand je rechigne à soulever des altères de plus de 14 kg : « Le sac à main que tu trimballes sur l’épaule toutes la journée pèse deux fois plus lourd ». Donc j’empoche et je me tais.

Si vraiment on ne souhaite pas souffrir pour paraître plus intelligent, on peut toujours laisser traîner son Essentiel sur la table basse. Il ne manquera pas de faire son effet lors d’un dîner entre amis.

00:13 Écrit par Sheily Parisienne dans Architecture, Livres | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : essentiels, national geographic, histoire, architecture, livre, poche |

mercredi, 29 octobre 2008

Sans un mot d’Harlan Coben

Sans un mot.jpg« On peut surveiller mais on ne peut pas prévoir ». Ce constat n’empêche pas Mike et Tia de faire installer un logiciel espion sur l’ordinateur de leur fils de 16 ans, afin de contrôler les sites Internet qu’il fréquente, ses échanges de mails et ses conversations sur MSN. Ils craignent en effet que celui-ci ne suivent l’exemple de son meilleur ami Spencer, qui vient de se suicider.

Quel rapport entre cette famille et le fou dangereux qui mène des expéditions punitives contre des femmes qu’il torture avec délectation ? Un mot, cent mots ou Sans un mot, la réponse se trouve dans ce dernier ouvrage d’Harlan Coben, qui m’a tenu compagnie durant mes trajets en RER.

Non seulement éléments romanesques et policiers se distillent équitablement tout au long du récit, mais en plus, la police ne reste pas seule maîtresse de l’enquête. Bref, un polar où l’intrigue ne cannibalise pas les problèmes quotidiens, comme dans la vraie vie.

Mon premier Harlan Coben risque fort de ne pas devenir le dernier.

00:30 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sans un mot, livre, polar, harlan coben, hold tight |

jeudi, 09 octobre 2008

Le Fait du Prince d'Amélie Nothomb

le fait.jpgQue faire si un inconnu meurt d’une crise cardiaque au milieu de votre salon ?

a) Vous ne recevez jamais d’inconnus

b) Vous déplacez le corps sur le palier

c) Vous usurpez l’identité du mort

Amélie Nothomb opte pour la dernière solution, en guise de point de départ à son roman Le Fait du prince.

Baptiste Bordave, parisien plus qu’ordinaire, ne voit aucun inconvénient à troquer son quotidien insipide pour celui d’Olaf Sildur. Au contraire. Le mystérieux suédois qui vient de rendre l’âme chez lui a les poches remplies d’argent liquide, conduit une Jaguar et vit à Versailles. En homme pratique, Baptiste quitte son domicile avec un objectif : s’accaparer la femme du défunt, qu’il imagine sous les traits d’une jeune et belle scandinave.

Ce livre, drôle et absurde, se lit d’un trait (un aller-retour en métro). Mais je ne peux m’empêcher de rester sur ma faim. Le récit compte trop de questions sans réponse, or je n’apprécie le suspense que lorsqu’on n’y met un terme. Sinon, mon sentiment se transforme en frustration, comme c’est le cas pour Le Fait du prince. Il se peut également que la portée philosophique du roman m’échappe totalement et je reconnais volontiers mes lacunes en la matière.

Pour info : Le "fait du Prince", dans le langage courant, désigne un acte arbitraire du gouvernement, désigne en droit administratif français, une mesure prise par l'administration qui a un impact sur un contrat auquel elle est partie. La théorie du "fait du Prince" prévoit que le cocontractant de l'administration a alors droit à une indemnisation intégrale des frais causés par cette mesure, si cette mesure a perturbé la réalisation des travaux prévus par le contrat. (Wikipédia)

00:38 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : le fait du prince, livre, roman, amélie nothomb, usurpation, identité |

vendredi, 01 août 2008

Aya met la B.D. au pas ivoirien

En dépit d’une excellente culture générale, je manque cruellement de connaissances en matière de bande dessinée. Aussi loin que je me souvienne, j’ai du lire deux Tintin et autant d’Astérix. A l’heure actuelle, les trois albums qui ornent les rayons de ma bibliothèque sont des cadeaux offerts au fil du temps. Alors pourquoi avoir acheté et dévoré les trois volumes de Aya de Yopougon ? Sans doute parce qu’il s’agit de l’une des rares bandes dessinées françaises qui mette en scène le quotidien de noirs qui vivent en Afrique.

En effet, Aya (l’héroïne) et ses deux amies vivent à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Les aspects de leur vie quotidienne sont croqués dans les détails : sorties, études, soucis financiers, situation de la femme et surtout histoires de cœurs tellement semblables aux nôtres.

Pour ceux qui comme moi connaissent Abidjan, Aya rappellera nombreux souvenir, car la B.D. traduit littéralement l’atmosphère de la cité ivoirienne. Les autres découvriront une population hétéroclite, avec ses codes, ses us et coutumes et ses tournures linguistiques bien typiques. Sans oublier les mille et unes expressions de l’humour ivoirien : les situations les plus rocambolesques s’enchaînent sans relâche.

A la fin de chaque ouvrage, l’auteur a ajouté un « Bonus ivoirien ». Ces quelques pages contiennent un lexique, des recettes de cuisine et des conseils très précieux : comment nouer son pagne, bien rouler des fesses ou encore mettre son enfant au dos.

Finalement, de Paris à Yopougon, il n’y a pas de grande différence hormis la couleur de peau.

2108857267.jpg

Aya de Yopoungon, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Gallimard (volumes 1, 2 et 3)

06:19 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : aya, yopougon, bd, bande dessinée, abidjan, côte d'ivoire |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu