Avertir le modérateur

mercredi, 04 juin 2008

La méthode Sophie Calle contre le chagrin d’amour

1927695864.JPGPleurer toutes les larmes de mon corps et m’empiffrer de chocolat, c’est la façon peut artistique dont j’évacue la mélancolie, quelle qu’en soit la cause. Mais j’avoue que Sophie Calle a beaucoup plus de classe : elle organise des expositions à caractère thérapeutique. La dernière en date, « Prenez soin de vous », se tient à la Bibliothèque nationale de France jusqu’au 15 juin 2008.

Sophie Calle décrit sa démarche en ces termes : « J’ai reçu un mail de rupture. Je n’ai pas su répondre. C’était comme s’il ne m’était pas destiné. Il se terminait par les mots : Prenez soin de vous. J’ai pris cette recommandation au pied de la lettre. J’ai demandé à 107 femmes, choisies pour leur métier, d’interpréter la lettre sous un angle professionnel. L’analyser, la commenter, la jouer, la danser, la chanter. La disséquer. L’épuiser. Comprendre pour moi. Répondre à ma place. Une façon de prendre le temps de rompre. À mon rythme. Prendre soin de moi ».

Parmi les 107 interprétations exposées, j’ai particulièrement aimé les photos représentants chacune de ces femmes dans différents lieux et postures. Elles posent en lisant la lettre ou après l’avoir lue. 107 expressions corporelles différentes pour exprimer une même douleur…

Mais cette exposition montre surtout 107 créations plus ou moins touchantes. Si je ne me suis pas reconnue du tout à travers les diverses interprétations des chanteuses (lyriques, rap, rock…), j’ai en revanche été sensible ou amusée par bon nombre d’œuvres :

  • Une vidéo de GUESCH PATTI. Assise sur un banc, immobile. Une voix off (que l’on devine être la sienne) lit la lettre tandis qu’un interminable cortège de manifestants défilent bruyamment derrière elle. Elle finit sa lecture, lève un regard perdu, froisse la feuille, verse quelques larmes, puis s’en va.
  • Deux dessins de SOLEDAD BRAVI. Sur le premier, un homme à l’expression particulièrement satisfaite de lui-même, pose le doigt sur une touche de son clavier d’ordinateur. Une bulle sort de sa bouche avec le mot « envoyé ». Derrière lui, des piles de dictionnaires et encyclopédies jonchent le sol. Le second dessin met en scène une femme au regard triste, assisse dans le noir. Elle ne parvient pas à détacher son regard de son écran d’ordinateur, seule source lumineuse du dessin.
  • Une réflexion de MAUD KRISTEN (voyante). « Méditez sur ce travers commun à tant de femmes. Dès qu’elles voient un crapaud avec une patte arrachée, elles s’imaginent qu’en le regardant droit dans les yeux, il va devenir un oiseau de paradis ».
  • Le texto d’une ado à Sophie : « Il se la pète »

Et aussi les slogans publicitaires de MERCEDES ERRA, l’ordonnance de la sexologue CATHERINE SOLANO, les larmes de crocodiles de LUCIANA LITTIZZETTO… Juges, avocates, compositrices, traductrice, latiniste… Elle se sont toutes prêtées au jeu. Et le résultat fait du bien…

vendredi, 23 mai 2008

Le Portail de François Bizot

1861018797.jpgLa parution de ce livre date de 2000 mais je n’ai jamais trouvé le courage de l’attaquer avant, préférant des thèmes plus légers. Ce récit poignant m’a plongé au cœur d’événements historiques dont j’avais vaguement entendu parler.

Le résumé : François Bizot, membre de l'École française d'Extrême-Orient, est fait prisonnier au Cambodge par les Khmers rouges, en 1971. Enchaîné, il passe trois mois dans un camp de maquisards. Chaque jour, il est interrogé par l'un des plus grands bourreaux du XXe siècle, futur responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts, aujourd'hui jugé pour crimes contre l'humanité : Douch.

Au moment de la chute de Phnom Penh, en 1975, François Bizot est désigné par les Khmers rouges comme l'interprète du Comité de sécurité militaire de la ville chargé des étrangers auprès des autorités françaises. Il est le témoin privilégié d'une des grandes tragédies dont certains intellectuels français ont été les complices.

Pour la première fois, François Bizot raconte sa détention, décrit une révolution méconnue, démonte les mécanismes de l'épouvante et fait tomber le masque du bourreau monstre. Grâce à une écriture splendide et à un retour tragique sur son passé, l'auteur nous fait pénétrer au cœur du pays khmer, tout en nous dévoilant les terribles contradictions qui – dans les forêts du Cambodge comme ailleurs – habitent l'homme depuis toujours.

Un passage qui m’a marqué : « La villa de l’Ecole avait été pillée par les rôdeurs, saccagée par les soldats, remuée de fond en comble (…). Des flaques d’urine inondaient le carrelage de la salle à manger. Dans la salle de bains du premier, le bidet était rempli à moitié d’excréments. D’autres déjections souillaient le sol entre les rayonnages de la bibliothèque… Ebranlé jusqu’au fond de moi, je sortis la jeep du garage et en chargeai rapidement le remorque, méditant sur cette âpreté de l’homme à saisir toutes les occasions de gain, et sur son attrait instinctif à souiller et à violer ».

06:40 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : livre, françois bizot, le portail |

mardi, 20 mai 2008

La mode éthique, véritable Mode de Pensées

Ce dimanche était particulièrement festif du côté de la rue de la Villette, qui accueillait la Journée Mode de Pensées. Cette initiative a pour objectif de partager avec le public de la rue la créativité, la qualité, les richesses humaines et culturelles de la collaboration nord/sud, porteuse de développement économique, social et solidaire.

C’est sous le soleil que passants et visiteurs ont profité d’une succession de manifestations artistiques et culturelles : percussionnistes, danses, défilé de mode, concerts, expositions… Bref, toutes les richesses de l’Afrique et des Caraïbes étaient représentées au cœur du 19ème.

Les organisatrices de l’événement sont trois créatrices de mode éthique dont je vous invite à découvrir les collections : Toubab paris, Damzailée et Iboqueen.

2142381890.jpg
940727698.jpg
1097749029.jpg

07:57 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mode éthique, mode de pensées, paris |

lundi, 19 mai 2008

Les Parisiennes de Kiraz en visite au Musée Carnavalet

Samedi soir, profitant de la Nuit des Musées, j’ai courageusement bravé les éléments pour me rendre au Musée Carnavalet, LE musée de l’Histoire de Paris. Superficialité oblige, il ne fallait pas moins qu’une exposition des Parisiennes de Kiraz pour me convaincre de sortir sous des trombes d’eau.

Je voue en effet une admiration sans limite à ces parisiennes futiles et aux propos hilarants de justesse. Je les aimes, car je me reconnais à travers chaque dessin : ben oui, je suis moi aussi une bombe atomique matérialiste et sophistiquée…

Au lieu de profiter de l’entrée gratuite pour faire des économies, je n’ai pas résisté à investir dans le catalogue de l’exposition ET dans une affiche. Comme les filles de Kiraz, je maîtrise l’art de dépenser de l’argent plus vite que mon ombre et plus que de raison. Mais quand on aime, on ne compte pas. Surtout quand l’affiche met en scène deux jeunes femmes qui marchent sur la plage en monokini. L’une d’elle raconte à son amie : «Je suis très pudique : mon mari ne m’a jamais vue nue… Excepté à la plage ! ».

Musée Carnavalet du Du 14 mai au 21 septembre.

Les Parisiennes ont même investi le magnifique jardin du musée!

65975326.jpg 2033117054.jpg 1049533870.jpg
672383978.jpg 1874049338.jpg 1389596810.jpg

07:15 Écrit par Sheily Parisienne dans Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : parisiennes, kiraz, musée carnavalet, paris, exposition |

mercredi, 07 mai 2008

Concert privé au Trabendo: Kery James

Avec les compliments de Virgin 17, pour la promotion du nouvel album A l'ombre du show-business

 

00:29 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : concert, musique, rap, trabendo, kerry james, virgin 17, paris |

jeudi, 24 avril 2008

Concert à l'Elysée Montmartre: Fat Freddy's Drop

Fat Freddy's Drop est un groupe originaire de Wellington en Nouvelle-Zélande composé de huit membres. Ils évoluent dans un univers musical qui mélange roots, dub, reggae, jazz et soul.

Ces artistes ont su créer un véritable échange avec le public. Cela faisait un bail que je n'avais pas ressenti une telle énergie émaner d'un concert.

Pour ne rien gâcher, le chanteur est très joli garçon...

31168960.jpg
1182524176.jpg

00:34 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : concert, musique, elysée montmartre, fat freddy's drop, roots, dub, reggae |

jeudi, 17 avril 2008

Une parisienne à Marseille (3/4)

Vous les reconnaissez? Samedi soir, Plus belle la vie était à l’affiche du Théâtre du Gymnase à Marseille pour une représentation unique. Les comédiens du feuilleton sont montés sur scène afin de jouer une pièce dont l’ensemble des bénéfices sont reversés à l’association Blé de l’Esperance. C'était amusant de les voir hors contexte et de constater qu'il sont avant tous comédiens. Qui plus est, de bons comédiens!

f85aff927dd6e9ad7e59687c0a207ea2.jpg
a43c177706b268125ea5547e2ec13511.jpg

06:45 Écrit par Sheily Parisienne dans Ne pas manquer!, Voyages | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : voyage, marseille, plus belle la vie, théâtre du gymnase |

mercredi, 09 avril 2008

Les Yeux jaunes des crocodiles

fac67994def96700afaf91996e315e3b.jpgC’est précisément parce que Katherine Pancol fait actuellement la promotion de son dernier roman, La Valse lente des tortues, que je préfère évoquer le précédent (et premier tome de la série), Les Yeux jaunes des crocodiles.

Ce roman met en scène deux sœurs que tout oppose. Iris, belle riche, élégante, parisienne et superficielle. Joséphine, des kilos en trop, des problèmes d’argent, mal dans sa peau, banlieusarde et extrêmement brillante. A cause d’un mensonge de la belle Iris, Joséphine devient le nègre de sa sœur et écrit le best-seller de la saison.

Ajoutez à cela le tourbillon de la vie d’une dizaine d’autres personnages tout aussi attachants, perturbés, voire pervers, on obtient un livre qui parle non seulement de sentiments, mais surtout d’écriture. Et quand la littérature ose se regarder le nombril, le résultat s’avère aussi efficace que la meilleure série américaine ou telenovela mexicaine.

 

07:10 Écrit par Sheily Parisienne dans Livres, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : les yeux jaunes des crocodiles, livre, roman, katherine pancol |

lundi, 07 avril 2008

Le corps a ses raisons que l’acoustique ignore

Rescapés d’1h30 de queue, nous pénétrons au Bataclan à l’occasion de la soirée Ninja Tune Nights : température extrême et ambiance torride…

Après le set de DJ Coldcut, Roots Manuva monte sur scène.

S : « Il est plutôt mignon Roots Manuva »

N : « Oui mais qu’est-ce qu’il a pris comme poids ! »

S : « Ben ça doit être l’âge… »

N : « J’aimais mieux quand il était plus sec »

S : « Je le trouve bien quand même. La sonorisation n’est pas terrible, en revanche »

N : « Ouais, mais quand bien même il resterait sur scène sans un bruit et la bouche fermée, je kifferais rien que de le regarder »

774330510125b10144845159a3ef481d.jpg
 

06:45 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : concert, musique, bataclan, ninja tune, roots manuva, dj coldcut, paris |

mardi, 25 mars 2008

Gloire et déboires des rythmiques blanches

J’ai promis résister à l’appel du Coca Zéro pour faire don de mon corps à la gym suédoise. Je peux désormais ajouter cet acte de bravoure à la longue liste de mes exploits urbains.

Avec des cours assurés par Jérémie (et Chloé en qualité d’hôtesse), je sens immédiatement que les soixante minutes suivantes seront intenses. D’autant plus que les autres élèves (une ribambelle de jeunes filles), semblent parfaitement rompues à l’exercice. Toutes possèdent d’ailleurs des cartes de forfaits annuels, contrairement à moi qui tremble de frayeur en souscrivant pour un unique cours d’essai. Courageuse, mais pas téméraire.

La salle se remplit progressivement mais raisonnablement, ce qui laisse penser que j’échapperai à tout malencontreux coup de pied ou de poing venu de nulle part. L’accident est si vite arrivé lorsqu’on pratique une activité physique.

Les portes se ferment à l’heure pile, puis après une brève présentation, Jérémie fait signe à Chloé de lancer le son. Je tique légèrement en entendant le premier morceau, mais tout le monde imite Jérémie qui commence à bouger son corps. Me voilà obligée de suivre le mouvement.

J’ondule avec aisance. Je cours sans rechigner. Je bondis avec souplesse. Je sue sans sourciller. Je termine toutes les séries de pompes et d’abdominaux (à l’exception d’un mouvement étrange que mon corps refuse de reproduire). Je m’étire sans fin. Puis je me détends avec délectation. Tandis que j’écoute la musique de relaxation, je sais que je vais prendre l’abonnement trimestriel : les Suédois savent faire apprécier les salles de sport.

A la fin du cours, Jérémie s’approche de moi : « J’ai oublié de le préciser, mais il ne faut surtout pas porter ces chaussons. Vous devez porter de vraies baskets pour amortir les chocs. Sinon votre dos va tout prendre à chaque saut». Je le regarde médusée : « Mais je n’ai que six paires de converses de différentes couleurs. Les baskets, c’est bien trop laid ! ». Et Jérémie de répondre : « Il va pourtant falloir en adopter. Prenez les moins chères, ça vous paraîtra moins douloureux ».

Quelle déception de devoir reléguer mes rythmiques blanches au placard ! Finis pour elles la vie en grande salle. Au lieu de gloire en cours de gym suédoise, elles finiront leur carrière en chaussons d’intérieur.

Et en plus je dois me débrouiller pour trouver des running dorées ou à paillettes… Un défi supplémentaire à relever.

06:50 Écrit par Sheily Parisienne dans Ne pas manquer!, Pipelette | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : gym suédoise, piscine, sport, effort, courbatures, sueur, paris |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu