Avertir le modérateur

lundi, 12 mai 2008

My Rocksberry Nights, des mélodies à écouter sans modération

1427894843.jpgLes membres de My Rocksberry Nights sont jeunes, ambitieux et surtout talentueux. Amateurs de musique rock folk (ou pas), allez faire un tour sur leur page MySpace : vous serez conquis dès la première écoute. On ne peut malheureusement pas blogger les morceaux, mais n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et à faire passer l’info.

Pour ne rien gâcher, les quatre artistes ne manquent pas d’humour, je vous laisse apprécier leur bio :

« C'est lors d'un concert à Paris du "Russel Crew", que Samo S**T et Beu-J.Man, les deux leaders charismatiques du fameux groupe de néo-funkypunk Guingampais, rencontrent celui qui, après sa délicate opération à cœur ouvert des dents de sagesse, se fait sobrement appeler "The Abs"… Après une nuit d'errance et de débauche dans les rues interlopes de Pigalle et de Balard, les trois musiciens décident de s'enfermer dans le célèbre studio de Samo S**T (le Studio de la Cité Blanche) afin de graver dans l'histoire et surtout sur support CD-R, l'essence de leurs folles aventures noctambules (Beu-J.Man a même failli traiter un nain de fils à papa…) Aidés par deux beautés fatales rencontrées au hasard de leurs pérégrinations, "Pauline la douce" et " Madame la Duchesse", les trois amis travaillent d'arrache-pied et jurent de ne ressortir du studio qu'une fois leur soif artistique épanchée… Et ils n'en ressortiront jamais… Bon, si, en fait, ils ressortent une semaine plus tard. Tiraillés par la faim, le manque d'hygiène et l'irrépressible besoin de voir la finale "Grandes Ecoles" de questions pour un champion... Mais tout ne fut pas vain: My ROCKSBERRY Nights est né... My ROCKSBERRY Nights, l'histoire Tragie-Folk-Rock de trois génies de la musique et de deux créatures célestes, perdus sous le ciel bleu myrtilles des mystérieuses nuits parisiennes… ». Pour le son, suivez le lien : http://www.myspace.com/myrocksberrynights

07:35 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, rock, folk |

mercredi, 07 mai 2008

Concert privé au Trabendo: Kery James

Avec les compliments de Virgin 17, pour la promotion du nouvel album A l'ombre du show-business

 

00:29 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : concert, musique, rap, trabendo, kerry james, virgin 17, paris |

jeudi, 24 avril 2008

Concert à l'Elysée Montmartre: Fat Freddy's Drop

Fat Freddy's Drop est un groupe originaire de Wellington en Nouvelle-Zélande composé de huit membres. Ils évoluent dans un univers musical qui mélange roots, dub, reggae, jazz et soul.

Ces artistes ont su créer un véritable échange avec le public. Cela faisait un bail que je n'avais pas ressenti une telle énergie émaner d'un concert.

Pour ne rien gâcher, le chanteur est très joli garçon...

31168960.jpg
1182524176.jpg

00:34 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : concert, musique, elysée montmartre, fat freddy's drop, roots, dub, reggae |

lundi, 07 avril 2008

Le corps a ses raisons que l’acoustique ignore

Rescapés d’1h30 de queue, nous pénétrons au Bataclan à l’occasion de la soirée Ninja Tune Nights : température extrême et ambiance torride…

Après le set de DJ Coldcut, Roots Manuva monte sur scène.

S : « Il est plutôt mignon Roots Manuva »

N : « Oui mais qu’est-ce qu’il a pris comme poids ! »

S : « Ben ça doit être l’âge… »

N : « J’aimais mieux quand il était plus sec »

S : « Je le trouve bien quand même. La sonorisation n’est pas terrible, en revanche »

N : « Ouais, mais quand bien même il resterait sur scène sans un bruit et la bouche fermée, je kifferais rien que de le regarder »

774330510125b10144845159a3ef481d.jpg
 

06:45 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique, Ne pas manquer! | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : concert, musique, bataclan, ninja tune, roots manuva, dj coldcut, paris |

mercredi, 26 mars 2008

We Love Art : le mariage de l’art et de la musique électronique

a20aa1291125afb615bf9c2349593d4e.jpgSamedi dernier, il convenait de se rendre à la Citée de la musique pour assister à la soirée We Love Art. Le site Internet vend cette nuit électro comme un « voyage à travers les tendances musicales qui font l’actualité ». Comment résister à l’appel de la branchitude ?

Accompagnée de mes Amis Inséparables, je tremble d’excitation à la perspective de vivre un double baptême: je ne me déhanche jamais au son de musique électronique et je n’ai jamais mis les pieds à la Cité de la musique.

Pour pénétrer dans les lieux, il faut franchir un barrage d’agents d’accueil munis d’engins à rayons lasers (ou X ou Y, je perds mon latin en matière de rayons). Car ici, on ne déchire pas les billets, mais on scanne les codes barres. Il s’agit en réalité d’un stratagème pour mieux détourner notre attention du spectacle à venir. Car durant toute l’opération de contrôle d’identification des billets, nous gardons les yeux rivés sur les mains de l’agent, subjugués par tant de technologie au service de la billetterie.

Sur le chemin des vestiaires, nous découvrons avec plaisir un cadre exceptionnel. Et de nous extasier sur les volumes, les courbes, les différentes scènes, les balcons et les escaliers. Tout cela à grand renfort de « Oh ! » et  de « Ah ! ». Notre amie La Diva se lance même dans une tirade au sujet de Christian de Portzamparc (architecte des lieux), vite interrompue par Jean-No : « On n’est pas là pour disserter, mais pour danser ! ». C’est vrai que le décor éclipse presque la musique, malgré le nombre de décibels. En fait, la programmation de début de soirée ne déchaîne ni les foules, ni nos passions, alors nous prenons la direction de l’un des bars.

L’alcool aidant et l’ambiance s’échauffant, nous admettons in fine que nous sommes bien à un carrefour des styles, avec (dans le désordre) des pointures comme Mr Oizo ou DJ Ame, des concerts live d’Etienne de Crécy, Planningtorock et bien d’autres.

Et puis surtout, le plaisir des yeux ne fait que renforcer le plaisir auditif : que de jolis garçons aux soirées de musique électronique !

 

 

06:40 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : cité de la musique, we love art, musique électronique, paris |

dimanche, 07 octobre 2007

Concert de rap psychédélique des Satanicpornocultshop

L’autre soir, My Man étant d’humeur culturelle, nous décidons d’aller voir une expo. Comme visite de musée ne rime pas toujours avec impro, on se casse le nez aux portes du quai Branly (« Ben oui, ça ferme à 19h, le musée ! Sauf quand ça fait nocturne ! Mais nocturne, c’est pas ce soir ! Fallait prévoir, m’sieur dam’»).

My Man ayant plus d’un tour dans son sac, on se rabat sur le Palais de Tokyo. Ce coup-ci, on tombe à pic, puisqu’en plus de l’exposition, il y a un concert des Satanicpornocultshop. Jamais entendu parlé, mais My Man aime vivre dangereusement (moi, pas trop, mais bon…). Et oser écouter un groupe dont le nom contient à la fois les mots « satanic » et « porno », c’est total transgressif! Comme nous traînons un peu trop au bar du musée (intello rime avec apéro), le concert a déjà commencé lorsque nous entrons dans la salle.

Là, pas de trace de Satan ou de copulation. La pièce est à peine éclairée. Des idéogrammes, imprimés sur du papier A4 et scotchés un peu partout, constituent le décor. Un groupe de quatre personnes fait le spectacle. Les trois garçons (très) énervés, portent des masques étranges (et sans ouverture) sur le visage. Deux d’entre eux ont des ballons en forme de pis de vaches accrochés aux épaules ( ???). Et puis la fille, vêtue d’un kimono (et dont on se demande si elle s’est égarée), joue de temps à autre d’instruments plus ou moins insolites. Leur musique : un mélange indéfinissable de néo-dada, rap, électro, rock, musique traditionnelle japonaise et même de variété espagnole ! Le plus fou, c’est qu’on se laisse emporter par ce tourbillon de son, organisé malgré le chaos apparent.

Comme quoi, c’est possible de s’imposer sur la scène musicale sans montrer ses fesses ou signer de pacte avec le diable ailleurs que dans son nom !

17:10 Écrit par Sheily Parisienne dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, psychédélique, rap, satanicpornocultshop |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu