Avertir le modérateur

mercredi, 13 janvier 2010

Paris inondé 1910

A l’occasion du centenaire de la crue de janvier 1910, deux expositions sont organisées à Paris : à la Galerie des Bibliothèques (IVe) depuis le 8 janvier jusqu'au 28 mars, puis au Pavillon de l'Eau (XVIe) du 20 janvier au 17 avril. Elles abordent le phénomène de crue d’hier à aujourd’hui, en traitant cette catastrophe naturelle sous un angle historique, scientifique mais aussi artistique, notamment grâce aux photomontages contemporains d'Hervé Bernard. Source : Le Figaro

Ci-dessous, on aperçoit sur la première photo l'inscription "Crue de la Seine 28 janvier 1910", à gauche, juste au-dessus des marches. La seconde photo zoom sur l'inscription. Photos de la Rue Bellechasse, 75007 © Nicole Marquet, une lectrice de ce blog.

Crue 1910 rue Bellechasse 1 2009-10-18.JPG
Crue 1910 rue Bellechasse 22009-10-18.JPG

Un peu d'histoire

En janvier 1910, Paris connaît durant une « semaine terrible » une inondation exceptionnelle, provoquée par des conditions météorologiques exécrables, la plus importante de son histoire après celle de 1658. L’eau, empruntant les voies récemment ouvertes souterraines et de surface destinées aux transports et aux égouts, débordant de la Seine ou surgissant du sous-sol, gagne les quais et les rues limitrophes, remontant jusqu’à la gare Saint-Lazare. La capitale, inondée dans douze arrondissements et plusieurs centaines d’artères, offre alors un aspect inédit, qui la fait surnommer « Paris-Venise ». Comme un spectacle, l’inondation draine la foule des curieux, et le nouveau paysage urbain attire les photographes et les peintres.

Paris est frappée dans sa modernité même : les transports en commun, les égouts, l’électricité, le ravitaillement et les communications sont paralysés ou désorganisés. Une gestion de fortune se met en place : on construit des parapets, on édifie des passerelles, on circule en barque, on rentre chez soi en échel le, on déménage… Les services parisiens renforcés par l’armée et ses canots se mobilisent très vite pour maintenir le fonctionnement des activités fondamentales et organiser les secours. Car si l’inondation amuse lorsqu’elle touche les habitants des hôtels particuliers des « beaux quartiers », elle frappe plus dramatiquement les classes populaires et des milliers de sinistrés perdent leur travail, leur logement et leurs biens.

Un formidable élan de solidarité se fait jour, dans toute la France comme à l’étranger. Des souscriptions, des soupes populaires et des asiles apportent leur soutien aux victimes. Sans susciter de crise majeure ni de remise en cause des pouvoirs publics, l’inondation gagne le débat politique, de Jean Jaurès au courant catholique. Après le 28 janvier 1910, s’amorce la décrue. L’heure est à la désinfection, à la lutte efficace contre les risques d’épidémie, aux réparations, à la remise en marche des transports et des services qui prendra parfois plusieurs mois. C’est également l’heure du bilan des dégâts, chiffrés à 400 millions de francs-or, et presque aussitôt celle des leçons à tirer pour l’avenir.

La mémoire de l’inondation de 1910 ne s’est jamais éteinte, certes à cause de son ampleur, mais aussi en raison de la médiatisation sans précédent dont elle a été l’objet. Elle est la première catastrophe de cette envergure dont les nouveaux médias ont pu s’emparer : la photographie d’actualité, servie par des agences de presse structurées, la carte postale illustrée, la presse à grand tirage illustrée de photographies, le cinématographe.

Servie par son aspect spectaculaire - esthétique ou pittoresque -, l’inondation de 1910 nous a été transmise par des milliers d’images, déclinées en albums souvenirs ou en séries prolifiques de cartes postales photographiques, devenues rapidement objets de collection. Ces images et ces documents nous dressent le portrait étonnant d’un Paris éphèmère, tour à tour drôle et dramatique.

Les cartes postales de cette époque, source iconographique irremplaçable, sont consultables dans l’exposition depuis une borne interactive présentant le territoire parisien indexé en plus de 300 rues inondées en 1910. Le public peut ainsi visiter virtuellement son propre Paris transformé par la crue.

Source : Paris.fr

00:12 Écrit par Sheily Parisienne dans Breaking news | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : paris, innondation, crue, 1910 |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu