Avertir le modérateur

mardi, 19 février 2008

Qui osera « bisser » chez Moussa l’Africain ?

c09c7a31bcca48626d5d9249bede48ff.gif« Si tu dessines le diable sur les murs de ta maison, attends toi à ce qu’il entre ». J’ai découvert ce proverbe camerounais non pas grâce à Joseph Andjou (le journaliste qui présente i-Afrique, humoristiquement célèbre pour ses connaissances en matière de dictons africains), mais au dos de la carte de visite de Moussa l’Africain.

Rassurez-vous, Moussa n’est pas un des ces marabout charlatan qui distribue des prospectus à la sortie du métro Barbès Rochechouart, en promettant de mettre fin à tous mes problèmes, quelque soit la difficulté, de loin ou de près, inquiétant ou financier. Moussa tient un restaurant, bar, ambiance musicale, tout ce qu’il y a de plus réglo (peut-être pas si réglo, car je ne sais pas si le patron s’appelle réellement Moussa… à vérifier). Bref, chez Moussa, tu manges des alokos (bananes plantain) en entrée, du mafé (sauce à base de pâte d'arachide) ou du yassa (confit d'oignons macérés au citron vert), avec du riz ou du Attieke (semoule de manioc). Tu attends trois heures avant d’être servi (on appelle cela l’heure africaine), mais comme la nuit est longue, que j’ai une vie palpitante avec mille et une anecdotes à raconter, et qu’il y a du planteur à boire, l’attente est délicieuse. Et quand le repas arrive, j’ai l’impression de me retrouver à table chez Maman ou chez Tantie Mari-Thé. Un véritable régal ! Certes, je suis rassasiée en cinq bouchées, car il n’y a pas de portions pour anorexique chez Moussa. Rien que du 100% riche et généreusement servi. Donc généralement on ne « bis pas » (traduire : on ne se ressert pas) et on évite le dessert. Si la carte est typique, le cadre, en revanche, n’a rien du maquis de Cotonou ou d’Abidjan : c’est une véritable brasserie parisienne ornée de masques et autres sculptures. Bref, le parfait métissage dans la déco comme dans la clientèle. Juste une petite chose: si j’étais Moussa, j’aurais choisi des pagnes superbes pour les uniformes des serveurs… Mais bon, on ne peut pas demander à tout le monde d’être aussi tatillon sur la question du look.

Maman, je t’ai toujours conseillée d’ouvrir un restaurant. Mais avec Moussa dans la place, la concurrence est trop rude !

22:20 Écrit par Sheily Parisienne dans Restaurants/Bars | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alokos, attieke, mafé, moussa l'africain, planteur, restaurant, yassa |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu